Collectif d'Action et de Lutte contre les Jeux A Risques
icône RSS icône Emai icône Accueil
  • http://crdp.ac-besancon.fr (CRDP Franche Comté), mars 2009

    Posté le mars 29th, 2009 Caljar 5 commentaires

    Sensibilisation autour du jeu du foulard


    Une mallette de prévention


    L’APEAS (Association de parents d’enfants accidentés par strangulation) a réalisé, en collaboration avec SANOFI, une mallette de prévention du jeu du foulard, à l’attention des médecins et infirmiers scolaires.

    contenu

    • 50 brochures de prévention information « Jeu du foulard = Jeu mortel »
    • 1 brochure de présentation de l’association APEAS
    • 1 brochure professionnelle intitulée « Jeu du foulard – Méthode de prévention »
    • 1 mini questionnaire aux enfants
    • 1 DVD du film documentaire « Ceci n’est pas un jeu » destiné à l’information des adultes
    • 1 DVD du film d’alerte télévision (clip de 1 mn diffusé sur les chaînes TV en 2007)
    • 1 DVD du film de prévention

    diffusion

    Avec le soutien du Ministère de l’Education Nationale, le réseau SCEREN est chargé d’en assurer la diffusion auprès des médecins et infirmiers conseils, qui s’engagent dans les actions de sensibilisation des élèves.

    Les personnels de santé des inspections académiques recevront cette mallette qui leur sera adressée par le CDDP de leur département.

    accès complémentaire

    Les médiathèques des CDDP du Doubs, de la Haute-Saône, du Jura et du Territoire de Belfort la proposent en prêt.

    Pour tout besoin de réassortiment, contactez  l’APEAS, qui envisagera avec vous les modalités d’une mise à disposition complémentaire.

    siège de l’APEAS : info@jeudufoulard.com ou 06 21 45 41 86

    à consulter

    sites

    APEAS (Association de parents d’enfants accidentés par strangulation)

    Ministère de l’Education nationale

    brochures

    « Les jeux dangereux et les pratiques violentes », Ministère de l’Education nationale, avril 2007, 11 p. :

    « Eléments d’information sur le jeu du foulard », Inspection générale de l’Education nationale, mars 2002, 16 p.

    vidéo

    consulter des vidéos

    Ma.TVidéo France2

    • Prévention des jeux vidéos
    • the strangulateur
  • La Voix du Nord, 27.03.2009

    Posté le mars 27th, 2009 Caljar 7 commentaires

    Le jeu du foulard, vraiment trop mortel !

    le-jeu-du-foulard-vraiment-trop-mortel-16204431

    La maison de quartier de la Basse-Ville présente une exposition consacrée aux divertissements périlleux pratiqués par les enfants et adolescents.

    Ils y jouent sans en mesurer le danger. Le jeu du foulard, nouveau défouloir des adolescents se pratique souvent dans les cours d’école et ce, à l’insu du corps enseignant. Le principe : s’amuser à s’étouffer en se procurant des sensations fortes. Véritable phénomène de société, il attire malheureusement de plus en plus d’enfants. Consciente du problème, la maison de quartier de la Basse-Ville organise une exposition consacrée à l’ensemble de ces divertissements périlleux. Organisée par l’ADUGES, le comité parental de la maison de quartier, le service de prévention santé du conseil général et le service de prévention de la Police nationale, l’exposition a répertorié pas moins d’une centaine de ces jeux périlleux (jeux de strangulation, jeux de non oxygénation et jeux d’agression). Un enfant sur quatre se voit proposer d’y participer, 12 % avouent y avoir joué.

    Nanette Kweno, coordinatrice référent des familles, est l’une des initiatrices de la manifestation. « Cela fait dix mois que nous travaillons sur le sujet au côté de parents du quartier, nous voulions relayer l’information », assure-t-elle. « Les enfants n’ont pas conscience du risque causé par ces jeux. Prévenir les parents lors de campagnes d’informations est aussi notre mission.

    » Hadia, habitante du quartier, a pour sa part insisté sur la nécessité de l’initiative. « Je suis bénévole et j’ai trois enfants. C’est bien d’être au courant pour en parler avec eux ! » Christophe Caille, officier de prévention de la Police nationale, a évoqué ces nouvelles problématiques. « Dans un monde basé sur le virtuel, les gamins ont encore plus besoin d’appartenir à un groupe et de s’affirmer entre eux. Ils ont des conduites à risque et ils n’ont pas conscience de leurs actes. Ils veulent être plus forts que leur organisme », explique-t-il. Une sorte de « no limit » où la naïveté et l’innocence se mêlent aux mises à l’épreuve des participants. Le but étant de se faire mal physiquement le plus longtemps possible. Un goût du défi qui peut entraîner des séquelles irréversibles voire la mort. Depuis 2000, une moyenne de 10 décès est recensée chaque année en France (source APEAS).

    Dans un film diffusé dans le cadre de l’exposition, une mère de famille témoigne : son fils affichait autant de bagues aux doigts que d’étranglements pratiqués devant ses copains, il en est mort. •

    > L’exposition « Jeux dangereux » est destinée à un public adulte. Aujourd’hui, de 9 h à 12 h, maison de quartier de la Basse-Ville.

    Tél : 03 28 64 21 10.

    ndlr: le CALJAR et l’APAS soutiennent sans réserve cette excellente initiative.

  • Victoria, Belgique, Décembre 2008

    Posté le mars 26th, 2009 Caljar 11 commentaires

    <Le jeu du foulard, ce meurtrier méconnu
    Le jeu du foulard, ce meurtrier méconnu
    >

  • > LOMME- Nord Eclair- L’enfant de 11 ans est décédé

    Posté le mars 24th, 2009 Caljar Pas de commentaire

    L’enfant de 11 ans qui était dans un état critique au CHR de Lille depuis le 14 mars dernier est décédé des suites de ses blessures ce week-end.

  • Lectures dangereuses

    Posté le mars 20th, 2009 Caljar 14 commentaires

    Certaines maisons d’édition ont publié des ouvrages de jeux ou de récits directement incitatifs.

    Certains ouvrages sont encore publiés, d’autres ne le sont plus mais on les trouve facilement en bibliothèque publique ou scolaire, en médiathèque, et sur Internet. Dans ces livres, des explications très claires sur les bienfaits amusants de l’auto asphyxie.qui font l’objet de procès actuellement en cours.

    Difficile à croire et pourtant bien réel.

    Pour ne créer aucun effet contre-productif les coordonnées de ces livres ne sont pas mises en ligne sur ce site, envoyez un message (onglet « contactez nous » et vous les recevrez de façon individuelle sans problème.

  • la Voix du Nord, 16 mars 2009

    Posté le mars 18th, 2009 Caljar 12 commentaires

    Jeu du foulard : l’enfant toujours hospitalisé, des parents d’élèves choqués
    L’école primaire Michelet à Lomme, où est scolarisée la jeune victime.


    Le petit Lommois de 11 ans retrouvé inanimé samedi après avoir, semble-t-il, joué au jeu du foulard, est toujours entre la vie et la mort. Très choqués, les parents d’élèves qui attendaient hier devant son école, à Lomme, demandent qu’une prévention soit mise en place.

    PAR SOPHIE LEFÈVRE ET CÉLINE BARDY

    « D’habitude, mon fils rentre tout seul mais là, je me suis dit qu’il fallait que je vienne le chercher… Ils sont dans la même classe, ils sont allés à la neige ensemble. » Comme la poignée de parents présents hier après-midi à Lomme, devant l’école Michelet, la mère du petit Anthony se dit triste et choquée. Par ce qui est arrivé à ce petit Lommois de 11 ans qui a vraisemblablement joué au jeu du foulard samedi, peu avant midi, dans une maison de la rue Ghesquière (notre édition de dimanche) à Lomme, près de Lille. Un jeu qui a très mal tourné : hier, l’écolier était toujours entre la vie et la mort au sein du service réanimation pédiatrique de l’hôpital Calmette à Lille.

    Incompréhension

    Selon le maire de Lomme, Yves Durand, la directrice de l’école a d’ailleurs fait une intervention en rapport avec le tragique incident, hier, dans chacune des classes de l’école.

    « Il faut être extrêmement précautionneux par rapport à tout ça, souligne l’élu. Même si, je le rappelle, cela ne s’est pas passé à l’école, on peut en parler. Il faut simplement que ce soit fait avec des professionnels, des psychologues, par exemple. » Même raisonnement du côté des parents d’élèves : « Il faut de la prévention à l’école avec des psychologues, il faut expliquer aux enfants qu’ils peuvent y rester », insiste Patricia, mère d’un écolier de neuf ans. Près d’elle, devant la grille de l’école, une autre maman raconte : « Dès que j’ai lu le journal, j’ai discuté avec ma fille pour lui expliquer que c’était dangereux. Mais je pense qu’il faudrait aussi qu’on leur en parle à l’école, qu’ils comprennent bien les conséquences. Surtout qu’on ne maîtrise pas tout. Lorsque j’ai parlé avec la maman du garçon qui est à l’hôpital, elle m’a dit qu’ils ne comprennent pas comment il a pu penser à ça. » Les larmes aux yeux, une autre maman, amie de la famille, ajoute : « En plus, il n’avait au- cune raison de faire ça, c’est un garçon souriant, dégourdi, sympathique, qui faisait la bise à tout le monde ! » Soudain, la famille du petit garçon est là, devant la sortie de l’école. Les parents entourent la maman en pleurs. Simplement, ils lui murmurent : « Courage. » •

    > Le jeu du foulard consiste, après s’être hyperventilé, à bloquer sa respiration en se pinçant les carotides (avec éventuellement un foulard).
    Les rédactions de La Voix du NordL'école Michelet à Lomme

  • http://www.nordeclair.fr, mardi 17 mars 2009

    Posté le mars 18th, 2009 Caljar 10 commentaires

    LOMME

    Jeu du foulard : un garçon de 11 ans dans un état critique

    Hamza, 11 ans, trouvé pendu samedi dans sa chambre au domicile de ses parents, est dans un état critique au CHR de Lille. Selon les premiers éléments de l’enquête, il semble qu’il ait voulu se livrer au jeu du foulard.


    On ne saurait trop rappeler les dangers du tragique jeu du foulard, qui entraîne des drames à répétition depuis des années. L’opération consiste à se nouer un foulard autour du cou et de s’auto-asphyxier quelques instants en serrant le noeud, afin de ressentir des plaisirs liés à des hallucinations. Plaisir qui, en réalité, peut déboucher sur un évanouissement, des lésions cérébrales irréversibles, et peut même entraîner la mort de celui qui s’y prête.
    Si ce jeu dangereux se pratique généralement en groupe, c’est seul qu’Hamza, un enfant de 11 ans, aurait tenté de l’exécuter, samedi chez ses parents, à Lomme.
    C’est son petit frère qui l’aurait trouvé pendu dans sa chambre et qui a alerté sa famille, qui s’affairait pendant ce temps dans d’autres pièces du domicile, situé dans le centre de la commune.

    Suivi psychologique
    Le Samu, les pompiers et la police sont arrivés rapidement sur place et l’enfant a été transporté vivant mais inconscient au CHR de Lille. Aux dernières nouvelles, il y était toujours hospitalisé, dans un état jugé très préoccupant. Son pronostic vital demeure d’ailleurs engagé.
    Selon nos informations, l’enfant, hyperactif, faisait l’objet d’un suivi psychologique depuis plusieurs années.
    Une enquête a été ouverte au groupe d’appui judiciaire du commissariat de Loos. Selon les premières constatations, il semble que l’enfant ait agi seul, mais il appartiendra aux enquêteurs de déterminer si des éléments extérieurs ont pu l’inciter à passer à l’acte.
    Le parquet se refusait hier à toute communication sur le sujet.
    BRUNO RENOUL

  • Les parents face au jeu du foulard (libération.fr, juin 2007)

    Posté le mars 18th, 2009 Caljar 10 commentaires

    «En parler». Le mot revient comme un leitmotiv. Hier matin au Casino de Paris, l’Association de parents d’enfants accidentés par strangulation (Apeas) a beaucoup parlé du «jeu» du foulard, ce jeu mortel consistant à prendre de grandes inspirations, à retenir sa respiration, puis à se serrer très fort le cou, jusqu’à perdre connaissance.

    Paradoxe.
    Depuis 2000, selon Françoise Cochet, présidente de l’association, l’Apeas a recensé une «dizaine de morts par an, quatre depuis le début de l’année 2007», avec un pic de mortalité autour de 12 ans. Un phénomène mal connu, selon les 250 parents membres de l’Apeas, qui a commandé une enquête à l’institut Ipsos (1) pour évaluer la «notoriété et la pratique du jeu du foulard». Si une très large majorité des personnes interrogées (91 %) en a déjà entendu parler, seuls 63 % peuvent expliquer ce qu’est concrètement ce jeu. Plus étonnant, 43 % des 15-19 ans ont une idée précise de ce dont il s’agit, alors que cette pratique touche surtout les préadolescents. Selon Joachim Soetard, de l’institut Ipsos, ce paradoxe s’explique par la sous-déclaration de cette pratique. En d’autres termes, les personnes qui s’étranglent avec un foulard n’ont pas forcément envie de le révéler au téléphone à un enquêteur. Comme le résume Ipsos, «une notoriété importante, mais une connaissance inégale». La deuxième conclusion à tirer est la sous-estimation du danger : 52 % de ceux qui ont pratiqué le jeu ou ont vu quelqu’un le faire n’avaient pas «conscience de jouer ou d’assister à un jeu très dangereux».

    Ceinture.

    «Les adultes ne savent presque rien de ce jeu» : Catherine Vince, vice-présidente de l’Apeas, sait de quoi elle parle. Il y a deux ans, son fils de 8 ans est retrouvé étranglé dans sa chambre, par une ceinture. «On ne savait pas ce qui s’était passé», raconte son mari, Christian.Mais «il y avait ce livre»: pour Catherine Vince, son fils est mort en reproduisant la scène d’un livre d’aventure dans lequel le lecteur est le héros. Les deux parents pensent que leur enfant s’est étouffé alors qu’il était arrivé au chapitre où il devait se défaire d’une liane qui l’étranglait. «On n’a pas envisagé une seconde que notre enfant s’était suicidé. Aucun signe ne montrait qu’il était mal», ajoute Christian.

    Les autres parents sont tout aussi désarçonnés. Difficile de comprendre pourquoi un enfant sans antécédent psychiatrique peut mettre fin à ses jours, seul dans sa chambre. Il était «équilibré, sportif», se souvient Isabelle, dont le fils est mort en 1999 à 14 ans. «Il avait tout pour lui, il avait tout réussi», explique Christine, qui a perdu son fils de 16 ans. Catherine Vince appelle le gouvernement à un «effort de prévention», à former les enseignants, les infirmiers. Et Jean-Claude Fisher, psychiatre et spécialiste de l’adolescence, prévient : «ça peut arriver à tous les enfants.»

    (1) Sondage Ipsos réalisé les 6 et 7 avril 2007 auprès de 1 013 personnes de15 ans et plus.

  • Dailymotion, février 2007

    Posté le mars 18th, 2009 Caljar 4 commentaires

    <

    >

  • Dimanche 15.03.2009 – La Voix du Nord

    Posté le mars 16th, 2009 Caljar 11 commentaires

    la-voix-du-nord

    Source : La Voix du Nord.fr